Itinéraire d'une novice en cosmétique naturelle

Itinéraire d’une novice en cosmétique naturelle / bio #3

Cet article est le troisième et dernier épisode de la série sur mon cheminement vers la cosmétique naturelle et bio (pour le moment). Dans le premier, j’évoque ma découverte du phénomène « no poo », du greenwashing et des mots barbares sur les listes INCI. Dans le deuxième, il est question de la phase de transition vers une routine capillaire naturelle et des désagréments que cela peut entrainer. Et aujourd’hui je vous avoue pourquoi je ne pense pas revenir en arrière (même s’il ne faut jamais dire jamais) et ce à quoi je pense pour poursuivre ma route sur ce chemin.

Episode 3 – On sait quand ça commence, mais on ne sait pas quand (ni comment) ça finit …

◊ L’amour plus fort que la haine

Dans l’épisode précédent, je vous parlais de la fameuse période de transition, qui peut être assez démoralisante, puisque passer à une routine naturelle nécessite de débarrasser ces cheveux de tous les artifices qui les rendent, en apparence, doux et brillants. Alors oui, faire le choix des cosmétiques naturels et/ou bio peut comporter des inconvénients, mais dans mon cas, les avantages ont bien vite pris le dessus (je répète que cela ne reflète que ma propre expérience, cela peut différer selon les personnes).

Évidemment, quand on pense cosmétique naturelle, on pense bon pour la santé & pour l’environnement. En effet, les produits conventionnels contiennent souvent des produits considérés comme nocifs (je vous parle de ces grands méchants pas beaux dans cet article 😉 ).

Invasion salle de bain

Mais honnêtement, si les avantages des cosmétiques naturels/bio se résumaient à ça, je ne suis pas sûre que j’aurais continué à les utiliser (et je pense que je ne serais pas la seule). Avec ce changement de routine, j’ai vu de réels changements sur ma tignasse mes cheveux.

Alors qu’ils avaient tendance à regraisser bien trop vite, en passant à une routine naturelle, j’ai réussi à espacer les shampoings. Cela ne s’est pas fait en un jour, évidemment, mais après presque deux ans, il peut se passer jusqu’à 4 jours entre deux shampoings (sans que j’ai envie de me terrer dans une grotte pour cause de tignasse digne de Severus Rogue). J’ai la sensation que mes cheveux sont plus légers, qu’ils ne sont plus étouffés par une tonne de produits. Mon cuir chevelu ne me démange plus (alléluia !). Et même si mes produits ne me promettent pas une chevelure de rêve, douce et brillante comme de la soie, à chaque fois que je suis allée chez le coiffeur, on m’a complimentée sur la bonne santé de mes cheveux.

◊ L’invasion de ma salle de bains

Si j’ai commencé ma reconversion vers le bio avec mes cheveux, il ne m’a pas fallu longtemps pour l’étendre à l’ensemble de ma salle de bain (du moins, je m’y emploie). Crème hydratante, maquillage, crème solaire … Il est aujourd’hui possible de trouver des alternatives plus naturelles à presque tous les produits cosmétiques conventionnels.

Les cosmétiques bio ont aussi leurs inconvénients ; ils ne garantissent pas une absence totale de réaction allergique (notamment du fait de la présence d’huiles essentielles), ils sont, en général, moins rapides à agir (du moins en apparence), ils se conservent moins longtemps, les gammes sont tout de même moins diversifiées (parfum, types de peau …), et les prix peuvent être plus élevés.

Boutique M&B Bio Nancy
Qui a dit qu’il n’y avait pas de choix en cosmétique bio ? – Source : metb-bio.fr

Tout cela peut néanmoins être nuancé. Si, en apparence, ils semblent moins rapides à agir, en réalité, ils sont mieux absorbés par la peau car l’épiderme est plus réceptif aux produits naturels. Interdire les ingrédients nocifs pour la santé et l’environnement dans la composition des produits laisse plus de place aux agents actifs naturels, qui obstruent moins les pores et qui ont des effets bien plus bénéfiques sur la peau ; que demander de plus ? En plus de ça, ce qui était un marché de niche est en train de prendre peu à peu de l’ampleur, et cela a l’avantage de développer l’offre de produits bio à petits prix. Et puis la logique de la cosmétique naturelle vous amènera très certainement à prendre conscience de la non-nécessité de disposer d’une centaine de produits de beauté, ce dont votre porte-monnaie vous remerciera 😉

Certaines personnes se disent gênées par le parfum des produits bio. En effet, les gammes proposent une moins grande diversité de parfums et cela peut paraitre lassant à la longue. Au départ, l’Amoureux n’était pas franchement fan, et puis petit à petit, il s’y est fait. Dans mon cas, cela ne m’a jamais dérangé et au contraire, je suis maintenant assez rapidement indisposée par les parfums industriels entêtants.

◊ To be continued …

Et maintenant ? Honnêtement, je n’ai aucune idée précise de la manière dont je considèrerai les cosmétiques dans 5 ou 10 ans. Je n’écarte pas irrémédiablement la possibilité de revenir à des cosmétiques conventionnels (on ne sait jamais ce qu’il peut se passer) tout comme je me laisse la possibilité d’avancer encore un peu plus sur ce chemin. Pour le moment j’ai trouvé un équilibre qui me convient assez, même si j’aimerais y apporter quelques améliorations ou plutôt quelques simplifications 😉 , notamment en ce qui concerne le maquillage (mais je ne suis décidément pas une grande consommatrice de make-up alors j’ai du mal à terminer mes produits actuels …)

Coffret zéro déchet Lamazuna
Le coffret « zéro déchet » de Lamazuna – Source : lamazuna.com

La tendance des cosmétiques maison est arrivée jusqu’à moi, mais je n’ai pas encore eu le courage de jouer au petit chimiste dans ma salle de bain. L’idée est de réaliser ses propres recettes, simples, avec des produits naturels, voire bio. Souvent plus économique et plus écologique, fabriquer soi-même ses cosmétiques soulève tout de même des contraintes, ou du moins cela n’est pas vraiment la solution de facilité (trouver la « bonne » recette, voire en créer une qui nous convient mieux, et donc se renseigner sur les propriétés des ingrédients, bloquer du temps pour la réaliser, tout en sachant qu’il y a un risque que cela ne fonctionne pas aussi bien que prévu …). Si fabriquer vous-même vos produits cosmétiques vous tente, sur son blog, Gala propose plusieurs recettes assez simples : c’est par ici ! Et dans cet article elle donne les bases (matériel, ingrédients …) pour confectionner soi-même ses cosmétiques.

Dans l’idéal, j’aimerais limiter mes déchets, c’est pourquoi je m’intéresse aux cosmétiques solides. Mais là encore, je n’ai pas osé sauter le pas (et avant tout je préfère terminer les produits que j’utilise déjà). Lamazuna propose pourtant plusieurs produits dont j’ai entendu beaucoup de bien ; affaire à suivre …

  • Et sinon, vous pouvez toujours retrouver mes billets sur les ingrédients à éviter en cosmétique et sur les différents labels dans lesquels vous pouvez avoir confiance, histoire de mieux vous y retrouver dans cette jungle (parce que même après deux ans, parfois je suis encore perdue …)

***

J’espère que cette petite série retraçant mon parcours autour de la cosmétique naturelle vous aura plu, n’hésitez à me poser toutes les questions que vous voulez et/ou à partager votre expérience, je me ferai une joie de vous répondre 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

2 commentaires sur “Itinéraire d’une novice en cosmétique naturelle / bio #3

  1. Bonjour,

    Je suis moi aussi passée au naturel pour mes cheveux (en solide zéro déchet), j’en suis ravie. Mais du coup, j’ose pas aller chez le coiffeur, car ils vont me laver les cheveux avec un shampooing classique, et j’ai peur que ça ruine tout. Comment tu fais chez le coiffeur du coup toi ? Tu leur demandes de zapper l’étape shampooing ? Tu ramènes le tien ?

    Merci de partager ton expérience 🙂

    Très chouette blog d’ailleurs, en passant !

    1. Bonjour Sophie,
      Je te remercie pour ton petit mot, ça me touche beaucoup !
      Tout dépend de l’endroit où tu vis, mais de plus en plus de coiffeurs proposent des alternatives bio (à Nancy, j’ai vu que Saint Algue le proposait par exemple, même si je n’ai pas testé personnellement). Tu peux essayer de te renseigner pour voir. Sinon, je ramène mon propre shampoing. Je te conseille de contacter directement le salon où tu souhaites te rendre, c’est ce que j’ai fait la première fois ; j’ai expliqué ma « situation » pour qu’on trouve ensemble une solution qui convienne à tout le monde 🙂
      J’espère que ça pourra t’éclairer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *