Mon feed Instagram

Instagram, mon amour

La fameuse annonce de la mise à jour d’Instagram aura fait couler beaucoup d’encre. En novembre dernier déjà le réseau social était ébranlé par les révélations d’Essena O’Neill, une jeune australienne qui dénonçait l’impact négatif que les réseaux sociaux avaient eu sur sa vie. Alors, faut-il fuir à tout prix ce réseau social ? N’y a-t’il que du mauvais, du faux et de la concurrence sur cette plateforme virtuelle qui prône pourtant le partage et l’instantané ? Alors c’est vrai, depuis ses débuts, Instagram a beaucoup évolué. Mais pour ma part, il reste mon réseau social préféré ; il se pourrait même que je sois légèrement addict (et ce n’est pas l’Amoureux qui vous dira le contraire 🙈)

Qu’est-ce qu’on lui reproche, à Instagram ?

Le manque de spontanéité. Effectivement, l’instantanéité n’est plus (du tout) le maitre mot sur Instagram. Les photos un peu floues, prises de nuit avec son téléphone ont pratiquement disparu de la surface du réseau social, ou du moins sont très minoritaires, remplacées par de jolies mises en scène et des photos (quasi) professionnelles. Certains programment leurs postes à l’avance, les « repost » sont fréquent, pour harmoniser au mieux sa galerie ; bref, tout est sous contrôle !

Flatlays sur Instagram
Les « flatlays » : l’exemple parfait de la mise en scène sur Instagram

L’uniformisation de certaines galeries. Y aurait-il une légère overdose du fameux fond blanc et des couleurs pastel, des photos de brunch et d’arbres en fleurs ? Il est vrai que certains types de photos reviennent assez régulièrement dans les fils d’actualité, et qu’on en viendrait à se demander si les personnes qui les postent ne s’uniformiseraient pas, elles aussi.

La monétisation. Les marques ont compris l’influence que pouvaient avoir certaines personnes sur Instagram et en font des ambassadeurs 2.0. Il n’est alors pas rare de voir passer, dans son fil d’actualité, 4 ou 5 posts qui parlent du même rouge à lèvres ou qui s’émerveillent d’avoir reçu une montre ou un bijou en cadeau. Et ça peut devenir un tantinet lassant.

La course aux followers et la tendance du « m’as-tu-vu ». Là on touche à un point que l’on ne retrouve malheureusement pas seulement sur Instagram mais dans la vie en général : ce besoin constant d’approbation, de vouloir plaire à tout prix, de se sentir aimé voire envié. Et pour atteindre son but, tous les moyens sont bons, de la technique du « follow / unfollow » (la version 2.0 du « si tu me donnes pas des bonbons je suis plus ton copain » de la cour de récré) aux partages intempestifs et parfois un peu hypocrites.

Instagram serait donc aussi malfaisant que Cruella ?

Manque de spontanéité ou recherche du « un peu plus beau » ? Ce qu’on reprocherait aux instragramers serait donc la qualité de leur photo. Alors forcément, on passe plus de temps à composer ses photos, à trouver le bon angle, à chercher la bonne luminosité. Forcément, il y a peut-être moins de photos qui captent un instantané, sans artifice. Mais honnêtement, est-ce ça porte préjudice à quelque ? (sauf quand ça empêche quelqu’un de manger chaud !) Et puis qu’est-ce qu’il y a de mal à mettre en valeur son quotidien ? À prendre du plaisir à composer et à partager de jolies photos ? Sous prétexte qu’on n’est pas un photographe professionnel devrait-on poster exclusivement des photos de mauvaise qualité ?

Uniformisation superficielle ou particularités à saisir ? C’est étrange comme les gens semblent tiraillés entre l’envie de suivre les tendances et cet incessant besoin de rabaisser ce qui est « comme tout le monde ». Alors sur Instagram, comme dans la vie réelle, on s’extasie d’abord sur ces baskets à la mode, avant de les regarder avec dédain et de dire « pff, tout le monde en a ». Certes, certaines galeries se ressemblent, mais il serait réducteur de généraliser en disant que, sous prétexte que ces personnes postent des choses qui se ressemblent, elles n’ont pas de personnalité. Personnellement, chaque personne que je suis a sa particularité, certaines galeries se démarquent plus que d’autres, mais aucune n’est strictement similaire à sa voisine. Je m’abonne autant pour les photos en tant que telles que pour la personnalité qui s’en dégage et les légendes qui les accompagnent. Evidemment, s’obliger à poster tel genre de photo parce que c’est ce qui rapporte le plus de likes, ne me semble pas être le comportement idéal. Et encore, si on est heureux de ça, où est le problème ? Mais quand on s’interdit de poster une photo qui nous plait, sous prétexte qu’elle manque de cohérence avec le reste, et qu’on en ressent de la frustration, là ça pose question.

Galerie Instagram avec un fond blanc
La galerie de Julie, sur fond blanc, ok, mais que je trouve vraiment super (cliquez sur la photo pour vous retrouver sur son Instagram)

Monétisation ou saisie d’opportunités ? Les personnes qui s’offusquent de voir du contenu commercial sur Instagram peuvent-elles promettre sur ce qu’elles ont de plus cher qu’elles refuseraient formellement de participer à de telles actions ? Plutôt que de crier au scandale, ne pourrions-nous pas voir cela comme des opportunités, tant pour ces « influenceurs » que pour leurs followers, qui bénéficient ainsi d’un contenu (plus ou moins) exclusif ? Le seul petit souci avec tout ça, c’est que ce serait quand même mieux si ces partenariats étaient toujours explicitement signalés. Eh oui, il ne faut pas nous prendre pour des lapins de 3 semaines non plus 😉

Ce qu’il faut bien garder en tête lorsque l’on navigue sur Instagram, comme sur n’importe quel autre réseau social, c’est que l’on n’y publie que ce qu’on a envie d’y publier. Toutes ces vies parfaites qui défilent devant nos yeux ébahis ne sont, dans la réalité, pas forcément aussi idylliques que ce que l’on pourrait croire. Et alors ? Si tout le monde (instagramer comme follower) en a conscience, où est le problème ?

Moi, Instagram c’est quand même mon copain.

Il y a quelques temps j’ai pris conscience qu’Instagram m’avait appris à prendre le temps de trouver du beau dans ce qui m’entoure, même si ce n’est qu’un banal bol de porridge ! Certains diront que c’est dommage de recourir à un réseau social pour se rendre compte de ça. Peut-être, il n’empêche que c’est ce qu’il s’est passé pour moi. Je prends un peu plus de recul sur ce qu’il y a autour de moi et je décide d’y trouver du un peu plus joli. Alors peut-être qu’Instagram n’est plus vraiment le roi de l’instantanéité, mais il me permet d’être un peu plus consciente de l’instant.

Instagram est aussi une merveilleuse source d’inspiration et de découverte : des personnalités étonnantes, des projets audacieux, de belles initiatives, des paysages magnifiques (et donc des idées de voyage), de bonnes adresses, des points de vue différents qui balaient un peu les idées reçues (Julinfinity me donnait presque envie d’aller vivre à Clermont Ferrand, alors que ce n’est vraiment pas une ville qui me fait franchement rêver à la base), etc.

Comme la majorité des réseaux sociaux, l’objectif premier est quand même de partager et d’échanger ; et je trouve qu’Instagram remplit plutôt bien cela. On s’abonne aux galeries qui nous plaisent, on « like » à gogo, on laisse des commentaires quand ça nous chante et on échange avec des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt que vous, que ce soit la nourriture, le running ou les bouledogues français.

Mon feed Instagram
Mon feed Instagram (sans aucune cohérence, oui, je sais)

Après tout, peut-être qu’avoir une galerie uniforme ou éclectique, prendre ses photos avec son téléphone ou avec un appareil photo, les retravailler beaucoup ou pas du tout, ce n’est pas ça le plus important. Le plus important c’est d’y poster ce que l’on a envie d’y poster et de le faire avec plaisir, sans (trop) se soucier de ce qu’on pourrait en dire (bah oui, le but c’est quand même de partager, alors c’est un peu difficile d’ignorer totalement les autres).

***

Si ça vous dit, vous pouvez aussi me suivre sur Instagram ; c’est juste ici !

& vous, avez-vous un compte Instagram ? Que pensez-vous des critiques émises autour de ce réseau social ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

2 commentaires sur “Instagram, mon amour

  1. J’apprécie beaucoup ton analyse de ce réseau social. J’y passe aussi énormément de temps. Je le trouve inspirant, enrichissant. Tu m’as fait beaucoup rire avec ta rubrique « follow/unfollow » et ta comparaison aux gamins d’une cour de récré car c’est effectivement bien mon ressenti aussi.

    1. Contente de voir que ma vision d’Instagram est partagée ! Et pour le « follow/unfollow », je trouvais que l’image collait bien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *