Itinéraire d’une novice en cosmétique naturelle / bio #2

Cet article est le deuxième de la série sur mon cheminement vers la cosmétique naturelle et bio ; on y parle principalement de cheveux et de la phase de transition vers une routine naturelle. N’hésitez pas à aller lire le premier, j’y évoque ma découverte du phénomène « no poo », du greenwashing et des mots barbares sur les listes INCI. Vous pouvez évidemment me poser toutes les questions que vous voulez, ou partager votre expérience, je me ferai une joie de vous lire et de vous répondre 🙂

Episode 2 – Quand faut y aller, faut y aller !

◊ Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Si vous aviez vu la tête de l’Amoureux quand je lui ai parlé de « no poo » (aka arrêter les shampoings) 😂. Bon, je me moque, mais je comprends totalement son inquiétude à l’idée que j’arrête de me laver les cheveux ; dit comme ça, c’est vrai que ça peut légèrement rebuter. Il a surement dû se demander pourquoi je m’embêtais à changer ma manière de me laver les cheveux alors que tout allait très bien comme ça. Et c’est vrai que l’utilisation de produits capillaires conventionnels ne me causait pas de réels désagréments, du moins en apparence.

Parlons rapidement de ma nature de cheveux. Disons qu’ils sont souples. C’est-à-dire qu’ils font ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et que mes nombreuses tentatives de domptage ont lamentablement échoué. Ils ont (avaient ?) tendance à regraisser assez vite (2 jours après le shampoing, voire dès le lendemain) et à plusieurs reprises j’ai connu des épisodes de démangeaisons du cuir chevelu et/ou de pellicules. Je n’ai jamais fait de coloration / décoloration et j’ai essayé de limiter les lissages à répétition. En résumé, nous cohabitions sans trop d’accrocs. Mais alors POURQUOI se compliquer la vie et renoncer à ces produits si faciles à trouver n’importe où et n’importe quand ?!

Shampoings dans un rayon de supermarché
©PHOTOPQR/L’ALSACE/Jean-François Frey

Comme je le disais ici, quand un sujet m’intéresse, j’ai tendance à creuser, voire à beaucoup creuser. Et il s’est avéré que nos chers produits capillaires, qui nous font de merveilleuses promesses , étaient pleins d’ingrédients pas jolis-jolis. Je vous en dis plus sur les ingrédients à éviter dans cet article, si ça vous intéresse 🙂 Après ces recherches, je me suis dit que je ne voulais plus utiliser ces produits néfastes pour ma santé et pour l’environnement, j’avais envie de revenir à des produits plus naturels, et, au final, plus simples.

◊ La fameuse phase de transition : « je t’aime moi non plus »

Avant de me lancer, je savais que passer des cosmétiques conventionnels aux cosmétiques naturels supposait une période de transition pas forcément très funky.

Les produits capillaires conventionnels nous promettent des cheveux doux et soyeux, faciles à coiffer et blablabla. Et tout ça grâce à des ingrédients tels que les silicones (même si les marques préfèrent mettre en avant huiles précieuses et autres plantes miracles). D’abord, un cheveu ne peut pas être « réparé », les silicones se contentent de former une couche autour de la fibre, qui masque les irrégularités, ce qui donne cet effet doux et lisse au cheveu. Le problème, c’est que tout cela n’est qu’une apparence, que le silicone a tendance à alourdir le cheveu, qu’il s’accumule sur la fibre et qu’il est très difficile à retirer.

En plus des silicones, on retrouve aussi souvent des sulfates agressifs dans les produits capillaires conventionnels. Ces charmantes choses ont la fâcheuse tendance à décaper le cuir chevelu qui va être sensibilisé et produire plus de sébum. Le cuir chevelu aura alors tendance à regraisser plus vite et cela peut favoriser les démangeaisons et / ou les pellicules.

Passer à une routine naturelle nécessite donc d’enlever toutes ces traces de produits et de retrouver vos cheveux tels qu’ils sont sans cette couche de « maquillage ». Et ce n’est pas toujours joli à voir. Mais ce n’est pas non plus la fin du monde ! Et puis si vous ne vous sentez pas capable de passer sereinement cette phase de transition, rien ne vous oblige à abandonner vos produits habituels 🙂 J’ai eu la chance de ne pas avoir les cheveux trop abîmés (youpi !) alors ça n’a pas été si terrible pour moi. Même s’il y a des jours où je ne supportais pas ma tête, mais ça c’est un autre problème ^^.

Finalement, ce qui m’a demandé le plus d’adaptation, c’est le fait que les shampoings que j’utilisais ne moussaient pas beaucoup, voire pas du tout. Alors forcément, les premières fois je sortais de la douche en ayant l’impression d’avoir les cheveux encore plus sales qu’en y entrant. Mais avec le temps, je m’y suis faite et maintenant je me lave de nouveau les cheveux comme une grande !

◊ Et comment on la surmonte cette si terrible transition ?

Je vous conseille d’y aller par étape, et de ne pas passer directement au no-poo et aux mixtures faites maison, ça risquerait d’être un peu brutal et décourageant. Il existe plusieurs marques de cosmétiques bio qui proposent des produits de qualité sans sulfates et sans silicones : Melvita, Desert Essence, Cosmo Naturel, Coslys … Vous pouvez trouver ces marques en magasin bio (Biocoop, La vie claire, Botanic …) ou sur internet (sur Mademoiselle Bio par exemple). Le mieux est de choisir un shampoing pour « cheveux normaux » ou pour « usage fréquent », pour vous faire une idée de la vraie nature de vos cheveux. Personnellement, je me suis tournée vers Logona et Lavera, deux marques allemandes reconnues et qui proposent des produits labellisés, et j’en ai été très satisfaite.

Marques de cosmétiques bio

Pendant cette transition, vos cheveux risquent d’être secs et difficiles à démêler, il sera donc peut-être nécessaire d’utiliser un après-shampoing (sans silicone et autre cochonnerie, évidemment, ce serait bête de faire tout ça pour rien 😉 ), voire de faire des bains d’huile. L’huile de coco a la réputation de débarrasser le cheveu des produits toxiques, en plus de le nourrir, mais il en existe de nombreuses autres. Je vous dis ça sur la base de nombreux témoignages, mais moi, je n’ai jamais testé 🙈. Si vos cheveux sont vraiment trop abîmés, il est possible que vous soyez obligé de les couper, histoire de repartir sur de bonnes bases. De toute manière je ne vous apprends rien si je vous dis qu’il est recommandé de couper régulièrement les pointes, pour garder des cheveux en bonne santé (et éviter d’avoir à couper 20 centimètres quand on se décide à aller chez le coiffeur #cestduvécu).

En fait, le mieux est quand même de trouver SA propre routine, avec les produits qui conviennent le mieux pour SOI. Ça peut prendre du temps, on peut avoir de gros flops et passer par des phases de désespoir infini, mais sur du long terme, ça ne peut qu’être bénéfique. Alors ON NE LÂCHE RIEN (la fille qui s’emballe un peu trop 😄)

  • Pour mieux s’y retrouver dans cette jungle (parce que même après deux ans, parfois je suis encore perdue …), j’ai rédigé un billet sur les ingrédients à éviter en cosmétique et j’en prépare un autre sur les différents labels.

***

Eh oui, tout n’est pas toujours tout rose (ou vert 😉 ) Mais dans le prochain article je vous dirai pourquoi je ne reviendrais finalement pas en arrière …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *